Chargement...
 

Archives

Exposition collective "les yeux fermés" : du 17 mai au 6 juillet 2019

LYF Carton Web GSB
LYF 4 Juillet2019 GSB

17 mai-6 juillet 2019 : "Les yeux fermés", exposition collective avec chantalpetit, Marie Falize, Anne Paulus, Horacio Cassinelli, Éric Fourmestraux

LYF HoracioCassinelli GSB 1

Horacio Cassinelli, "Alien", peinture sur toile, 2019, détail

LYF Chantalpetit GSB

chantalpetit, "Autoportrait (dessin aveugle)", 1997, détail

LYF MarieFalize GSB

Marie Falize, encre, 2018, détail

LYF Éric FOURMESTRAUX GSB

Éric Fourmestraux, "Dessiner à l'aveugle", 2018, carnet de dessins, pp.4-5

LYF Paulus GSB 20 Avril

Anne Paulus, Sannai marayuma, estampe, 2019, détail

DP Les Yeux Fermés GSB 2019
DP Les Yeux Fermés GSB 20192
DP Les Yeux Fermés GSB 20193
DP Les Yeux Fermés GSB 20194
DP Les Yeux Fermés GSB 20195
DP Les Yeux Fermés GSB 20196
DP Les Yeux Fermés GSB 20197
DP Les Yeux Fermés GSB 20198
DP Les Yeux Fermés GSB 201910
DP Les Yeux Fermés GSB 201912

Fête de l'estampe : du 21 mai au 6 juillet 2019

Fête De L'estampe 2019 GSB


Exposition 15 mars-20 avril 2019 : María CHILLÓN, burin, dessin

GSB María Chillón Burindessin


María Chillón Texte GSB 2019

Exposition 7 janvier- 23 février 2019 : ÉVA GARCIA, "Sommeils"



Éva GARCIA Sommeils 10 Janvier 23 Février 2019 GSB



DERNIERS JOURS : jusqu'au 20 décembre 2018, BIBLOS, livres d'artistes, estampes, dessins & photographies

Biblos Jacquie Barral GSB


Un article de Bénédicte Philippe dans Télérama Sortir

Une exposition de sept artistes familiers des lieux entoure la sortie de deux nouveaux livres d'artiste par la galerie. Le premier, Biblos, réunit les photographies du port de Sète de Jacquie Barral avec un texte de René Pons pour nous entraîner loin dans l'histoire de l'art et des hommes. Le second, Pavé de Mémoire, couche les phrases de Christian Doumet sur un feutre illustré à l'encre par Anne Paulus. Des estampes d'Eric Fourmestraux, d'Alain Clément, une sérigraphie de Christel Valentin, un flipbook d'Horacio Cassinelli, se prêtent au jeu collectif de la correspondance entre les œuvres et des mots d'écrivains. Des livres s'ouvrent, les sens ricochent sur les murs... Un jeu libre, intelligent et sensible.

Lecture 9décembre2018 GSB

BIBLOS GSB Nov Déc 2018

BIBLOS GSB Nov Déc 20182

BIBLOS GSB Nov Déc 20184

BIBLOS GSB Nov Déc 20185

BIBLOS GSB Nov Déc 20186

BIBLOS GSB Nov Déc 20188

BIBLOS GSB Nov Déc 201810

BIBLOS GSB Nov Déc 201811

BIBLOS GSB Nov Déc 201812

BIBLOS GSB Nov Déc 201814

14 septembre - 20 octobre 2018 : Éric FOURMESTRAUX « Portraits de famille », dessin, estampe, livre d'artiste


Eric Fourmestraux Closing Party 19:10 GSB


ÉricFourmestraux DP Portraits De Famille GSB

ÉricFourmestraux DP Portraits De Famille GSB3bis

ÉricFourmestraux DP Portraits De Famille GSB4bis

ÉricFourmestraux DP Portraits De Famille GSB5

ÉricFourmestraux DP Portraits De Famille GSB8

8 juin - 7 juillet 2018 : « Boustrophédon », exposition collective.

Avec un invité, François RIGHI, et les artistes de la Galerie, A.STELLA, J.-Ph. CARRÉ-MATTEI, Horacio CASSINELLI, María CHILLÓN, Alain CLÉMENT, Jérôme DUSSUCHALLE, Éric FOURMESTRAUX, Godwin HOFFMANN, Christel VALENTIN, WANG Suo Yuan.

Boustrophédon GSB

DERNIERS JOURS : « Boustrophédon », exposition collective, se termine le 7 juillet 2018

Avec un invité, François RIGHI, et les artistes de la Galerie, A.STELLA, J.-Ph. CARRÉ-MATTEI, Horacio CASSINELLI, María CHILLÓN, Alain CLÉMENT, Jérôme DUSSUCHALLE, Éric FOURMESTRAUX, Godwin HOFFMANN, Christel VALENTIN, WANG Suo Yuan.

Un article de Bénédicte Philippe dans Télérama Sortir du 20 juin 2018 :
Article Télérama 20 Juin2018

Boustrophédon GSB


7 avril - 31 mai 2018 : Jérôme DUSSUCHALLE « La forme d'après », sculpture, dessin, estampe.

J.DUSSUCHALLE Carton 7avril 2018 GSB



" Ce pourrait être l’histoire d’une défaite, la défaite d’un regard qui bute sur l’objet, l’objet qui est amorce, qui est motif. Entendons par motif, ce qui ancre la structure générale des pièces et de l’installation : son départ.
Mais le motif est aussi ce qui se décline et se répète selon des emboîtements de séries.
L’objet appartient à ces choses simples de la nature qui nous surprennent chaque jour, nous sommes, en effet, cueillis.
Coque à fruits de la terminaison de l’iris sec après sa floraison pour décrire un peu ce dont il s’agit, évidence toutefois de cet évènement à chaque printemps réitéré, reconduit, renouvelé, repris. Autre répétition qui ne nous appartient pas cette fois-ci.
Après l’élan d’une végétation qui cherche à tout prix la lumière — car il faut voir cette puissance végétative en acte briser les sols, ouvrir la terre — voici la chute des semaisons, les dispersions éparses et généreuses, les graines à venir pour que cycles et saisons nous soient tangibles et que la couleur éclate enfin.
Défaite du regard, car le dessin ne parviendra pas à saisir ni par la percée de ses tracés, ni par l’incursion de ses lignées, la persistance de l’iris : sa présence obstinée échappe.
Quant à son processus originaire, il est sans pourquoi, c’est une énigme dont le chiffre nous confond systématiquement.
Aussi le dessin qui cherche la vicariance est-il une quête inachevée, le regard est à l’épreuve d’un réel qui fuit, qui s’écoule, qui nous tombe des mains.
Le regard défait aussi puisque sous l’iris, voici à présent l’archaïque d’une sculpture que nous cherchions, et qui se révèle malgré nous, comme par enchantement.
Iris est au Parthénon, les ailes coupées. Histoire d’élan et de chute une fois de plus qui marque cette fois-ci le trajet des dieux à l’épreuve de l’humanité. Sous la coque, la messagère, son fragment qui signifie la totalité d’une architecture et d’un monde. Sous la coque, le fronton et sa triangulation, le temple, la cella, la cabane améliorée pour recueillir ce qui nous transcendera toujours et ce, malgré les restes. La sculpture tiendra lieu de cette crypte qui remémore cette disposition vénérable à s’élever.
Alors le dessin, la sculpture, ces choses agencées disent peut-être cela, à moins qu’une fois de plus ce ne soient que réminiscences forcloses, songes d’un sol en devenir de ciel ou bien encore l’inverse." Jérôme DUSSUCHALLE, mars 2018



3 février – 29 mars 2018 : Alain CLÉMENT « Nage », œuvres sur papier, livres d'artiste, sculptures.


Alain Clément Nage GSB
Alain Clément Extrait DP Nage GSB Alain Clément Extrait DP Nage GSB2 Alain Clément Extrait DP Nage GSB4 Alain Clément Extrait DP Nage GSB5 Alain Clément Extrait DP Nage GSB7 Alain Clément Extrait DP Nage GSB9


8 décembre 2017– 27 janvier 2018 : Anne PAULUS « Nova descriptio – échos », estampe, céramique, livre d'artiste



Nova Descriptio Anne PAULUS GSB

Anne PAULUS DP NovaDescriptioEchos GSB

Anne PAULUS DP NovaDescriptioEchos GSB2


Site de Anne PAULUS

Un très bel article, d'une dizaine de pages, de Marianne Durand-Lacaze, vient de sortir dans le numéro 324 de "Art et métiers du livre".



Encart Telerama Sortir 02 01 2018 Nova Descriptio Anne Paulus
Un article de Bénédicte Philippe dans Télérama Sortir


Nova Descriptio Anne PAULUS GSB



Exposition du 9 au 30 novembre 2017 : France(s) territoire liquide, mission photographique sur le paysage français avec Émilie VIALET et Jean-Philippe CARRÉ-MATTEI, en lien avec l'exposition de la BNF.



Site d'Émilie VIALET
Site de Carré-Mattei


14:10 Soirée MATE GSB
Horacio CASSINELLI Albums GSB



ALBUMS | Horacio CASSINELLI | du 15 septembre au 21 octobre


Un article de Bénédicte Philippe dans Télérama Sortir

En s’inspirant des albums de vignettes autocollantes, l’artiste uruguayen Horacio Cassinelli nous propose de jouer au collectionneur pour imaginer notre propre accrochage de petites peintures. Du musée portatif duchampien au cabinet de poche.


Album Tetiere
Exemple d'une collection "Albums", en cours.
(Peinture acrylique sur papier, formats de 3,5 x 3,5 cm à 9 x 7,5 cm, 2017)

Des albums de vignettes Panini de notre enfance, on se souvient des cases vides attendant d’être remplies par des images plus ou moins rares, et du bonheur de trouver l’image manquante qui allait enfin compléter la page. Enfant, Horacio Cassinelli confectionnait déjà des albums de vignettes dessinées qu’il échangeait avec ses frères. Pour l’exposition Albums, il continue sur sa lancée et substitue aux autocollants des peintures originales à coller sur la page. Véritable machine de production, il invite à choisir parmi ces dizaines de pièces uniques, petites images qui de par leur format ressemblent à s’y méprendre à des reproductions imprimées, celles qui prendront place dans notre collection imaginaire ou bien réelle.
En contrepoint d’un marché de l’art réservé au cercle restreint des happy few, Horacio Cassinelli met l’expérience du collectionneur à la portée de tous. Il propose au visiteur de laisser libre cours à ses « passions privées », pour reprendre le titre d’une exposition au Musée d’Art Moderne, de jouer au collectionneur et d’imaginer son propre accrochage. Face à un micro-mur et à un choix de peintures de poche de six formats différents, chacun peut essayer combinaisons et permutations pour créer sa collection. S’offrir un Rembrandt, certes de taille réduite, devient un « rêve accessible ». Dans cette jivarisation de l’histoire de l’art et des mécanismes du marché, Marcel Duchamp et sa Boîte-en-valise ne sont pas loin.
À travers les œuvres qu’il a choisi de peindre, Horacio Cassinelli fait son autoportrait. Son album fait cohabiter dans un joyeux mélange des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art, des images tirées du cinéma ou de la vie quotidienne et des photographies provenant de sa collection personnelle. Il synthétise en un coup d’œil sa démarche depuis vingt ans et on retrouve bien là son goût pour les connexions insolites et les jeux de mots ou d’images. À la façon des albums Nestlé sur les Merveilles du monde qui proposaient un condensé du champ des connaissances dans les années 1930, l’exposition Albums, de E.T. à Giorgione en passant par le Père Lachaise, offre un tour d’horizon de l’univers d’un artiste dans son temps.